Le PDIDAS vulgarise les Directives volontaires sur les régimes fonciers

photo_formation

Le PDIDAS a entamé depuis plusieurs semaines une série de sessions de vulgarisation des Directives Volontaires pour une gouvernance des régimes fonciers au profit des chefs de village et des conseillers municipaux des 9 communes d’intervention du Projet des régions de Saint-Louis et Louga. A ce jour, plus de 600 personnes ont déjà bénéficié de ces formations à travers une douzaine de sessions qui entrent dans le cadre du programme foncier du PDIDAS.

Les Directives volontaires ont pour objectif de promouvoir la gouvernance responsable des régimes fonciers applicables aux terres, aux pêches et aux forêts, en prenant en compte toutes les formes de régimes fonciers: publics, privés, communautaires, autochtones, coutumiers et informels. Les Directives ont été officiellement approuvées par le Comité de la Sécurité Alimentaire Mondiale (CSA) en mai 2012. Et depuis lors, la mise en œuvre des Directives a été encouragée par le G20, Rio+20, l’Assemblée Générale des Nations Unies et l’Assemblée des parlementaires francophones.

  « Nous voulons que les populations prennent connaissance de l’existence des Directives Volontaires et qu’elles se les approprient », précise Oumy Dondé Faye, formatrice, en marge de l’atelier de formation à Gnith. Selon elle, ces Directives visent à faire en sorte que les populations disposent de suffisamment de moyens de subsistance, d’assurer la stabilité sociale, ainsi qu’un développement socio-économique durable par une bonne gestion des ressources naturelles dont le foncier.

Lors de l’atelier de la Commune de Gandon, le premier adjoint au Maire, Monsieur Khalidou Ba, a tenu à saluer l’initiative du PDIDAS à partager ces normes de gestion du foncier avec les acteurs locaux. A en croire Monsieur Ba, les Directives Volontaires constituent une source par excellence de gouvernance des régimes fonciers au Sénégal. D’où son invitation aux chefs de village d’appréhender toutes les questions soulevées afin de mieux les restituer à la base.

Plusieurs participants ont salué la démarche anticipative du PDIDAS consistant à les impliquer en amont pour qu’ils s’imprègnent des directives avant la venue des investisseurs. Ils reconnaissent par ailleurs la centralité de la question foncière pour la stabilité et le développement économique de leur terroir.

 « Les questions de gouvernance foncière nous ont toujours interpellé. D’ailleurs la formation d’aujourd’hui nous aidera à nous familiariser d’avantage avec le concept de directives volontaires », a déclaré Aliou Diop, représentant du Chef de village de Ngaye Ngaye à l’atelier de la Commune Gandon. « Une fois de retour dans mon village, je saurais désormais quoi dire à ma communauté sur ces nouvelles directives partagées par plusieurs pays et qui visent en fait à assurer le développement rural »,  a-t-il poursuivi.